Partialité lors d'une entrevue de qualification

Énoncé

Lors de la séance du 21 février 2019, les membres de la CFPM analysaient une plainte visant un processus de dotation pour un emploi col blanc et relative à l’allégation suivante :

LES DEUX MEMBRES DU COMITÉ D’ÉVALUATION ONT FAIT PREUVE DE PARTIALITÉ DANS LE CADRE DE L’ENTREVUE PUISQU’ILS SEMBLENT AVOIR ÉCARTÉ LA CANDIDATURE DE LA PERSONNE PLAIGNANTE SUR LA BASE DE PRÉJUGÉS NÉGATIFS À SON ÉGARD.

Dans le but de bien saisir la nature de l’allégation de la personne plaignante, la Commission a pris le soin de recueillir son témoignage et de parcourir avec elle les éléments contenus dans son formulaire de plainte, ainsi que tout autre fait pertinent qu’elle désirait porter à notre connaissance.

Méthodologie d'enquête

  • Une rencontre avec la personne plaignante a été effectuée afin de déterminer quelle était la nature de la plainte, d’en analyser la recevabilité et d’en faire une étude approfondie. 
  • Des entretiens avec les personnes mises en cause ont ensuite eu lieu, et ce, avec le consentement de la personne plaignante, afin de recueillir leur version des faits.
  • La CFPM a interrogé des témoins additionnels.
  • Toutes les personnes rencontrées ou interrogées ont été informées de la confidentialité de la démarche et se sont engagées à respecter cette confidentialité.
  • Un examen de la preuve documentaire a également été effectué. 
  • La démarche d’enquête incluant les rencontres ou entretiens téléphoniques, l’analyse des témoignages et de la documentation, ainsi que les conclusions, a ensuite été présentée en séance aux membres de la CFPM. 

Faits

  • Selon le témoignage de la personne plaignante, il y aurait eu un échange entre les membres du comité d’évaluation avant le début de son entrevue. Cet échange a porté la personne plaignante à croire que les membres du comité entretenaient un préjugé négatif à son égard.
  • Afin de pouvoir constater si une iniquité est survenue lors des entrevues d’évaluation, la Commission a comparé les canevas d’entrevue des candidats rencontrés, dont celui de la personne plaignante. L’examen de cette preuve démontre qu’il y a eu équité entre les participants au niveau des questions posées et de la façon dont les réponses ont été analysées. Ainsi, rien n’indique que la personne plaignante ait été évaluée différemment des autres personnes.
  • Aucune preuve testimoniale ou documentaire n’appuie la thèse des préjugés négatifs envers la personne plaignante.

Conclusion

Au terme de l’analyse de l’ensemble des faits portés à la connaissance de la CFPM, les membres ont jugé qu’il n’y avait aucune irrégularité démontrée en lien avec cette l’allégation. 

Plan du site  -  

Conditions d'utilisation  -  © Tous droits réservés CFPM 2018

Réalisé par