Âgisme et sexisme à l’étape d’admissibilité

Énoncé

En juin 2018, la CFPM communiquait aux parties visées, les résultats d’une enquête portant sur une allégation d’iniquité à l’étape d’admissibilité dans le cadre de la dotation d’un poste professionnel. Plus précisément, la personne plaignante alléguait avoir été écartée du processus pour le poste qu’elle convoitait à la Ville de Montréal. Le motif de la plainte : elle était victime de discrimination en raison de son genre et de son âge.

Faits

Les témoignages, documents et données analysés dans le cadre de cette enquête n’ont pas permis de démontrer qu’il y avait eu sexisme ou âgisme dans le processus de dotation mis en cause. En effet, en procédant à l’analyse de près de 300 postulations à ce poste et plus particulièrement de la trentaine de candidatures retenues à la première étape du processus, la CFPM a dénoté la présence de candidats appartenant à des groupes d’âge diversifiés, dont celui de la personne plaignante. L’allégation d’âgisme a ainsi été réfutée.

Par ailleurs, l’enquête a permis d’établir que la Ville de Montréal répond aux cibles de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) en ce qui a trait à la représentativité des hommes et des femmes pour l’emploi mis en cause. L’allégation de sexisme n’a ainsi pu être validée. De fait, d'après son analyse des candidatures, la CFPM a pu constater que les candidats rencontrés en entrevue, incluant la personne nommée, avaient un profil qui répondait davantage aux exigences du poste, telles que stipulées à l’affichage, que celui de la personne plaignante. Conséquemment, les membres de la Commission ont conclu que celle-ci n’avait pas été victime de discrimination liée à son genre ou à son âge.

Conclusions

À la lumière des éléments analysés, les membres ont statué que cette plainte était non fondée.

Plan du site  -  

Conditions d'utilisation  -  © Tous droits réservés CFPM 2018

Réalisé par